L’ENSAD / Le Fresnoy / La fémis

// Séances

Ces trois écoles prestigieuses proposent des enseignements précurseurs en matière de multimédia et

incarnent des approches spécifiques de l’image. Une séance où des étudiants d’horizons différents se

rencontrent et échangent autour de projections inattendues.

Voir la liste des films

Ces trois écoles prestigieuses proposent des enseignements précurseurs en matière de multimédia et

incarnent des approches spécifiques de l’image. Une séance où des étudiants d’horizons différents se

rencontrent et échangent autour de projections inattendues.

- L’indiscrète de Fanny Douarche /Fresnoy/ (France, 2006, 1min42)

Une main tient un téléphone, dans la pénombre une inconnue filme... un moment de grâce.

- Panorama de Liu zhenchen /Fresnoy/ (France, 2006, 1min25)

Construction et déconstruction d’une vue citadine. Voir Panorama

- Auto chronographe de Torsten Bruch /Fresnoy/ (France, 2006, 4min25)

Torsten Bruch s’est filmé pendant un mois. Le téléphone à bout de bras, il filme ses visages et compose son inconstant portrait...les jours passent où l’on ne se ressemble pas.

- Quand s’éteint la lumière, tu disparaîs aussi de Armel Barraud /ENSAD/ (France, 2006, 12min)

Lorsqu’une conversation téléphonique s’achève, la voix de l’autre s’en va, son image aussi. « J’ai utilisé la caméra comme un témoin d’une série de disparitions, et de témoignages autour de l’idée que chacun se fait de la mort. »

- Delft dust de Florent Trochel /Fresnoy/(France, 2006, 3min)

Une femme se démaquille, elle efface les altérations et accidents qui surviennent sur cette image-peau.

- Mammah de Louise Botkay Courcier /La fémis/ (France, 2006, 8min)

Dans une lumière bleue, des femmes aux corps moites se prêtent aux rituels du Hammam. De la vapeur montent une grâce et une sensualité toutes naturelles...à l’abris des regards masculins.

- Composition des trains de Bruno Elisabeth /Fresnoy/(France, 2006, 4min44)

Lors d’un voyage en train, un téléphone portable s’ouvre et se ferme dans les gares, emprisonne des images qui bientôt papillonnent sur les pupilles dans une déambulation plastique, kaléidoscopique et quelque peu onirique. Voir Composition des trains

- Ayumi de Camille Mouton /La fémis/ (France, 2006, 9min52)

« En revenant dix ans en arrière, je repense à une actrice japonaise qui est devenue entre temps, une immense star de la chanson. » Ayumi est une lettre à un ami d’enfance : et nous, que sommes-nous devenus ?

- Il est 15h de Caroline Delieutraz /ENSAD/ (France, 2006, 15min)

Filmer tous les jours pendant un mois à la même heure : les bruits d’une gare, l’ennui dans une bibliothèque, le silence de sa chambre... Un journal vidéo où la voix d’une jeune fille s’imprime sur le temps qui passe.

- La douleur de Kostia Testut /La fémis/ (France, 2006, 2min52)

Le regard d’une femme sur une affiche publicitaire peut-il avoir une profondeur, une âme ?